Départ avec Alcatraz Cruises à 8 h 45 du quai 33 – Pier thirty-three comme on dit ici – sur le « San Francisco Embarcadero ». Il fait encore frais malgré le soleil qui se reflète sur l’eau, je ne suis pas mécontente de m’être habillée chaudement et d’avoir emporté mes lunettes de soleil.

Plus nous approchons de la célèbre île d’Alcatraz et plus je la trouve à la fois belle et impressionnante, je dirais même intrigante. Dès notre arrivée sur « The Rock », comme on la surnomme ici, un employé nous donne des consignes de sécurité parmi d’autres informations pratiques. À la fin de ces explications, je décide de me rendre à la célèbre prison à pieds afin de profiter du paysage.

L’île d’Alcatraz, en plus d’accueillir l’ancien pénitencier sans doute le plus connu au monde, est réputée pour sa faune et sa flore. J’avoue ne pas être déçue. Les paysages sont magnifiques et la vue sur la baie de San Francisco et le Golden Gate Bridge imprenable. Tout cela me fait oublier la pente qu’il faut monter pour arriver à la prison.

Une fois sur place, on me confie mon audio tour, j’ai hâte d’en apprendre plus sur ce lieu qui a notamment hébergé le célèbre Al Capone. La prison est immense, mais les cellules minuscules, tout comme le peu de mobilier avec lequel elles sont aménagées : un lit, un lavabo ridiculement petit et bas et deux étagères. Mais aussi une « tablette » guère plus grande qu’un jeu de dames et ses deux tabourets. L’ensemble est fixé au mur et est entièrement rabattable. Les toilettes sont pratiquement collées au lit par manque d’espace.

L’audio tour me permet d’entendre le témoignage d’anciens gardes et prisonniers de cette prison mythique, cela me plonge un peu dans l’atmosphère de l’époque. Voir les cellules d’isolement renforce mon sentiment d’oppression qui est, heureusement, vite effacé par la vue imprenable et la sensation de liberté que m’offre le phare une fois arrivée en haut.

Après avoir un peu profité de la vue, je décide qu’il est temps de rejoindre le continent. Après avoir parcouru à pied le chemin inverse, je quitte les lieux en bateau, en admirant une dernière fois l’île-prison dont personne, dit-on, ne s’est jamais évadé.

Une fois de retour à quai, je décide qu’il est temps de manger. J’opte pour un repas rapide, mais copieux à l’Eagle Café, un « diner » qui me rappelle ceux que l’on voit dans les vieux films américains. Je décide ensuite de me rendre à pied à la Saints Peter and Paul Church. Une fois sur place, je n’en crois pas mes yeux. L’église est absolument magnifique et, après avoir pris quelques photos, je continue à profiter de sa beauté en faisant le tour du Washington Square.

Je souhaite me rendre à China Town, mais mes pieds commencent à fatiguer. Je prends donc le tram pour m’y rendre tout en profitant de la vue sur les nombreuses rues que je traverse. Une fois sur place, j’admire les bâtiments en forme de pagodes et m’arrête un instant devant le Tien How Temple, le plus vieux temple de China Town, qui date de 1852. Les nombreuses boutiques de souvenirs ne laissent aucune place au doute : l’endroit est visiblement fréquenté par de nombreux touristes. En grande fan de thé, je préfère m’arrêter à la Red Blossom Tea Company, un véritable paradis pour les amateurs. J’y passe un long moment et j’en ressors non seulement avec différents thés, mais aussi avec de nombreuses nouvelles informations en tête.

Je décide de rentrer à l’hôtel et j’en profite pour prendre le célèbre Cable Car, un des éléments incontournables qui font le charme de San Francisco, puis de continuer ma route à pied vers l’hôtel où m’attend un moment de repos bien mérité avant de découvrir la vie nocturne de la ville.

Crédit photo : Flickr / Nicolas Raymond