Lorsque l’on m’a proposé comme destination de voyage « Ushuaia », j’ai de suite eu en tête les images colorées et à couper le souffle de l’émission culturelle diffusée sur le petit écran. J’ai du coup pris quelques renseignements supplémentaires, et mes valises étaient déjà presque bouclées. Et avant même que je finisse de boutonner ma chemise à fleur, j’embarquais déjà pour un vol en partance de Paris, avec deux escales que j’aurais un jour j’espère la possibilité de transformer en destination de vacances : São Paulo et Buenos Aires.
Après 13 heures 40 de vol, 3 avions, et une quarantaine d’heures depuis mon départ de la capitale française, je pose le pied sur le sol Ushuaiense. L’arrivée par avion met tout de suite dans l’ambiance, avec une piste placée sur une île. Un vrai régal pour les yeux ! Et voilà que quelque quinze jours de vadrouille commençaient !

La découverte de la ville la plus au sud de la planète.

À peine arrivé, je me décide à une ballade pédestre pour découvrir les environs. Située à flanc de montagne, Ushuaia connait un fort dénivelé entre le port, qui sert de départ pour les excursions vers l’Antarctique, jusqu’aux habitations qui surplombent la baie. Plus on s’éloigne de l’océan et l’on gagne les hauteurs, plus la vue sur les chaînes montagneuses se magnifie, ainsi que sur le canal de Beagle. J’apprenais en retour de ma visite que les deux monts qui encadraient la ville étaient les monts Martial et Olivia.
Le lendemain, après un copieux repas, je me lance dans la découverte de la ville. Ponctuée de touches colorées en façade des habitations, la ville reste modeste. J’ai apprécié de me reposer à observer certains jardins très fleuris et sentant le calme latino-américain.
En rentrant à l’hôtel, j’en ai profité pour m’organiser quant aux sorties, que je voulais le plus authentique possible.

Entre glacier  et Terre de feu

Première excursion au programme, une randonnée jusqu’au glacier du mont Martial. Également accessible par bus puis télésiège, le glacier surplombe toute la ville, et offre une vue panoramique sur la Patagonie argentine. Bien décidé à apprécier le plus possible, j’ai préféré la randonnée par la forêt, et avoir ainsi l’occasion de voir quelques animaux, dont un magnifique Pivert noir à crête rouge et quelques espèces d’oiseaux aux couleurs flamboyantes.
Après plusieurs heures de marche, la vue offerte par le site m’a simplement coupé le souffle. Je suis resté là, bouche-bée, à regarder autour de moi, pendant près de deux heures.

Quelques jours plus tard, j’ai pris la direction du parc national Tierra del fuego.
Avec plusieurs chemins disponibles, j’ai profité de mon séjour pour les arpenter dans la majorité, et en apprendre plus sur les environs de cette ville de Patagonie argentine. J’ai pu apprécier les courses des chevaux sauvages ainsi que la robe savante des bernacles de Magellan, tout en profitant du calme d’une forêt sauvage et préservée.

Après ces quelques jours, qui m’auront semblé bien courts, je reprends la direction de l’aéroport, la tête remplie de paysages sublimes, de rencontres merveilleuses, et pourrai me vanter d’avoir passé quelques jours dans la ville la plus australe de la planète bleue grâce à mon tour operateur.

 

Crédit photo : m.nikitin