Chavin de Huantar est le site archéologique le plus ancien du Pérou. Il est d’une grande importance pour l’histoire de l’humanité et est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site se situe au nord du pays, à 3.185 mètres d’altitude, à 460 kilomètres au nord-est de Lima et à trois heures de trajet de Huaraz. Cette ville animée a constitué mon point de départ vers le village Chavin. La route, très serrée, fait des zigzags impressionnants!! Le chauffeur du bus que j’ai emprunté ne respectait aucune limitation de vitesse, malgré l’étroitesse et la dangerosité de la route, à tel point que lorsque je suis descendu du bus, j’étais vraiment soulagé !

Un centre religieux d’une grande importance

Je suis arrivé au village de Chavin à la tombée de la nuit. J’ai donc pris une chambre dans un petit hôtel pour me reposer et me préparer à la journée suivante. A l’hôtel, on m’a conseillé de prendre un guide, car le site est assez vaste et nécessite donc un accompagnateur. Le lendemain, je me suis réveillé très tôt pour aller à la découverte des ruines de Chavin de Huantar avant que les bus bondés de touristes ne débarquent. Le site archéologique se trouve à proximité directe du village et au pied d’une montagne.

Ce centre religieux a été fondé aux alentours de l’an 320 avant Jésus-Christ, par la civilisation Chavin, qui régnait sur un vaste territoire, des Andes du Nord jusqu’à la côte centrale du Pacifique et dont les origines remonteraient à 3000 ans. C’est un lieu mystérieux où l’on ressent le poids de l’histoire et le sentiment d’être face à des monuments attestant de la noblesse et de l’ingéniosité de ce peuple qui, jadis, habitait dans ces contrées. D’ailleurs toutes les civilisations amérindiennes qui ont suivi trouvent leur source ici. Les ruines de ce qui fut un centre cérémoniel et de pèlerinage pour le monde religieux andin, ont été découvertes par l’archéologue Julio C.Tello en 1919.

Dans l’enceinte de Chavin

Les ruines sont situées sur la rive gauche du Rio Mosna, un affluent du Marañon. Il s’agit d’un ensemble de terrasses, de places et de constructions en formes de pyramides. Ce centre religieux est constitué de deux temples, le Temple tardif et le temple primitif. L’architecture du site étonne encore de par sa sophistication. Les archéologues ne sont pas parvenus à se mettre d’accord à propos de la fonction de ces bâtiments. Si la plupart d’entre eux s’accordent à dire qu’il s’agit d’un temple, compte tenu de ses structures pyramidales, d’autres chercheurs pensent qu’il s’agit plutôt d’une forteresse.

Ila été construit de façon à assurer l’air frais à toutes les galeries qu’il abrite via un système de ventilation et de tunnels très ingénieux. Sur les murs du temple tardif, l’on peut observer une série de 56 impressionnantes têtes rocheuses anthropomorphes, soutenant les murs des temples. Mon guide m’a expliqué qu’elles protégeaient le site des mauvais esprits.

Au centre de la salle principale, qui se trouve elle-même au cœur du temple primitif, ou vieux temple, se dresse la « lance monolithique », une énorme structure de granit en forme de poignard, faisant 5 mètres de hauteur, sur laquelle sont gravé des figures anthropomorphes d’un Jaguar en posture d’attaque, d’oiseaux et de serpent. Selon mon guide, on offrait à ce monolithe qui représente le dieu Jaguar du sang humain, probablement celui des ennemis capturés lors des guerres tribales. Epris par la magie des lieux, je suis resté deux jours pour pouvoir déambuler tranquillement entre les galeries et les couloirs mystérieux de Chavin de Huantar.

 

Crédit photo : jipe7