Voilà quelques années, j’ai embarqué dans un vol long-courrier en partance de Paris et à destination de San José, la capitale Costaricaine. L’objectif était simple, découvrir une culture qui n’est pas la mienne, à l’autre bout de la planète, avec comme richesses, un artisanat unique et coloré, certains des plus beaux paysages de l’Amérique centrale, des volcans en activité, une faune et une flore des plus singulières. Ainsi, prêt à élargir mon champ des possibles, j’ai revêtu avec plaisir (et un peu d’angoisse) ma candeur d’antan pour découvrir et explorer avec des yeux d’enfant ce qui sera l’un de mes plus beaux voyages. Et voilà que, six ans plus tard, on me propose de me rendre à nouveau sur les flancs du volcan de l’Arenal, retrouver les réalisations multicolores de Sarchi, les bienfaits des sources chaudes naturelles et la quiétude d’une nature respectée et sans cesse valorisée. Le pays précurseur de la dissolution de ses armées pourra ainsi reprendre la place qu’il a si facilement conquise en moi lors de ma première incursion, celui d’un pays sublime à la valeur inestimable…

Le dernier né des géants du Costa Rica en a dans le ventre

Visiter le Costa Rica, en mettant en exergue sa « facette de feu »  est une entreprise exaltante… Stratovolcan qui s’est construit en quelque 7000 ans une carrure des plus singulières, le volcan de l’Arenal est la plus jeune des montagnes de feu du Costa Rica. Sa forme, qui paraît avoir été dessinée par le génie d’une force créatrice qui nous dépasse, est due à l’accumulation, au fil des éruptions volcaniques, des coulées de lave. « Sacré » le plus actif volcan du pays, il culmine à plus de 1700 mètres d’altitude, surplombant la plaine qui l’a vu naître de pas moins de 1150 mètres. Sa silhouette, lorsque le soleil arrive en bout de course, rendue visible par temps clair, laisse une impression de calme et de quiétude, qui hypnotise, apaise et laisse sans voix.
Alors que son activité a peu à peu décliné au cours des dernières années, il a, semble-t-il, décidé de se reposer, après plus de 45 années d’activité quasi-ininterrompue. C’est d’ailleurs pendant ce demi-siècle que la formation volcanique a vu sa hauteur s’accroitre d’environ 300 mètres. Une poussée de croissance considérable pour ce petit dernier d’un pays qui recense une multitude de volcans complexes et de stratovolcans. Voilà un petit qui rend fier les siens, et qui mérite le titre de Volcan le plus actif du Costa Rica !

Courageux, puissant, aimé

En plus de sa forme atypique, de son activité, qui lui a conféré un titre à renommée mondiale et du calme qu’il inspire à qui a le privilège d’apprécier sa quiétude, l’Arenal propose quelques activités, dont seuls les volcans ont le secret. En effet, ses rejets volcaniques ont avec le temps permis aux terres qui l’entourent de bénéficier d’une composition riche en minéraux, et ainsi favoriser une flore unique, et une faune des plus surprenantes.
De plus, avec en son cœur toute la puissance d’une planète en constante évolution, le sous-sol magmatique de la Cordillère Centrale propose de nombreuses sources d’eaux chaudes, de bains naturels aux bienfaits multiples, et autres petits plaisirs que les hommes ont su avec le temps apprécier à leur juste valeur. Notons également que l’une des plus belles vues de cette formation naturelle a été rendue possible suite à l’intervention de l’homme sur le paysage. En effet, à 600 mètres d’altitude, on peut admirer un lac artificiel de plus de 85 km² qui couvre, par le biais d’un barrage construit en 1974, près de 20% des besoins en électricité de la région. Un spectacle saisissant, qui allie les prouesses humaines aux talents d’une nature époustouflante.

 

Crédit photo : Arturo Sotillo