Alors que l’on a l’occasion chaque été de voir à la télévision ou au cinéma des étudiants américains faire la fête « à l’américaine » sur les plages à grand renfort de bikinis et abdos bronzés et gobelets rouges, j’ai décidé moi aussi de vivre l’expérience festive de milieu d’année scolaire en goutant au tourisme Bahamas. Et pas n’importe quelle fête, une des destinations les plus prisées de la planète, dans une des ambiances les plus incroyables qui soient, le tout résumé en trois mots : Spring-Break aux Bahamas !

Quand le chat n’est pas là…

Alors que comme un tas d’autres étudiants français j’avais eu la folle idée de mener mes études supérieures à l’étranger, j’avais pour ma part décidé d’allier l’utile à l’agréable, c’est-à-dire me rendre dans un pays dont l’attirance ne me laissait pas indifférent, et bénéficier par la même de la qualité du niveau d’études : Les USA.
Et voilà qu’après les examens de milieu d’année, je me retrouve sans trop m’en rendre compte dans un SUV en direction de l’aéroport, direction les Bahamas ! Parce que s’il est bien une chose à retenir des USA, c’est que rien ne se fait dans la demi mesure. Du coup, quitte à prendre un congé, autant le rentabiliser un maximum. Un petit sac de voyage sous le bras, mes amis m’annonçaient que je n’allais plus jamais retourner sur le vieux continent après la semaine que nous allions passer, loin des restrictions du quotidien, du poids de l’autorité professorale ou même parentale, en somme que nous allions nous tailler une part de ce magnifique gâteau qu’est l’American Dream !

… les souris dansent !

Me voilà donc descendre d’un avion dont la moyenne d’âge des passagers ne dépassait pas 24 ans. Le ton était donné dès les valises posées. Et autant dire que nous n’avions pas en projet de nous reposer ou de profiter du sable fin. Alors qu’il n’était que 14 heures, je pouvais déjà entendre les basses tambouriner et les gens hurler de joie.

Je ne comprenais pas alors de quoi il retournait. Et la surprise fut telle, qu’encore aujourd’hui j’en ai des frissons en revivant l’instant dans mes souvenirs.
Il m’a fallu près de 4 jours pour faire le tour des festivités des Bahamas et des rassemblements en tout genre. Je ne vais pas cacher le fait que se réveiller sur le sable avec l’eau cristalline qui vous caresse les orteils et certaines des plus belles filles de la planète pour compagnie ont renforcés l’impression de rêve qui planait depuis notre arrivée !

Pour résumer, le Spring Break est une sorte d’OVNI dans le calendrier, sorti droit de la grandiloquence américaine, ou les origines n’ont plus d’importance, et où il vaut mieux avoir l’intention de s’amuser et de tenter tous les possibles. On en revient véritablement changé, et les batteries rechargées pour affronter le semestre qui suit ! Un vrai bonheur, résumé en une discothèque à ciel ouvert, sans barrière entre les gens, et ouverte seulement une semaine par an, mais sans interruption s’il vous plaît !

 

Crédit photo : Peddhapati