Je suis un adepte de l’écotourisme et tout particulièrement dans le cadre du tourisme Bahamas, que je pratique depuis maintenant dix ans. L’écotourisme se définit comme étant une forme de voyage responsable et durable dans les espaces naturels. Ce genre de tourisme a pour objectif de contribuer à la protection de l’environnement et à l’amélioration des conditions de vie des populations locales. Personnellement, j’estime que ce genre de voyage respectueux de l’environnement a un rôle déterminant à jouer en faveur de la préservation de la nature et de l’amélioration du quotidien des populations locales.

Que sait-on des Bahamas ?

En 2014, j’avais décidé de passer mes vacances d’été aux Bahamas. Ce petit pays des caraïbes se tourne de plus en plus vers l’écotourisme car les responsables là-bas ont compris que ce genre de tourisme peut avoir des retombées positives sur l’économie du pays. L’écotourisme est un facteur de développement durable et un moyen efficace de valorisation économique, notamment dans les zones naturelles et les sites culturels détériorés à cause de l’activité humaine. L’écotourisme s’avère être notamment plus rentable sur le moyen et le long terme et beaucoup moins nocif que le tourisme de masse.

Il participe à la création d’emplois locaux et diminue le taux de pauvreté sans porter atteinte à l’équilibre environnemental. D’autre part, l’écotourisme est un outil qui permet de maîtriser et calculer l’impact sur l’environnement et assurer le financement de projets de protection de l’environnement. Ce que j’apprécie particulièrement dans l’écotourisme, c’est qu’il a pour vocation d’impliquer et d’associer les communautés locales en leur expliquant que la préservation de leur capital naturel et culturel leur permettra de pérenniser leur gagne-pain.

Les Bahamas se mettent à l’éco-tourisme

L’écotourisme occupe une importante place au sein de l’offre touristique des Bahamas. Les responsables du pays ont compris très tôt la nécessité de mettre en place des projets et des stratégies ciblant les touristes intéressés par ce type de tourisme. Une politique qui a donné ses fruits puisqu’aujourd’hui les Bahamas sont parmi les destinations les plus sollicitées pour les voyages d’écotourisme.

Pendant mon séjour aux Bahamas, j’ai pu avoir un aperçu de la richesse des îles et des parcs nationaux. L’archipel est un vrai bout de paradis et un havre de paix qu’il faut préserver à tout prix. Pour ce faire, mon voyage comprenait tout un programme de sensibilisation à l’écologie qui alliait apprentissage et découverte: sorties “natures”,  sensibilisation à la biodiversité des fonds marins et aux dangers qui guettent l’écosystème, visite de la troisième barrière de corail du monde en longueur,  observation des oiseaux et enfin, découverte de la flore endémique.

Les Bahamas ne manquent pas de parcs nationaux malgré leur petite superficie. D’ailleurs l’archipel fait partie des premiers pays au monde à avoir consacré des parcs nationaux pour la préservation de la nature et ce, dès 1959. J’ai pu me rendre à l’Exuma National Land and Sea qui fut le 1er parc marin à voir le jour aux Bahamas en 1958. J’ai visité également l’Inagua National Park qui abrite quelques 60 000 flamants roses, rien que ça !

Enfin, j’aurai été déçu si je n’étais pas allé à l’Union Creek Reserve, un élevage de tortues marines de tailles impressionnantes. Il y a d’autres parcs que je n’ai pas eu l’occasion de visiter mais qui valent tout autant le détour. J’espère pouvoir retourner un jour aux Bahamas pour continuer ma découverte de ce bout du monde dans le total respect de l’environnement.

 

Crédit photo: David Kosmos Smith